Nouvelles de la Fédération Suisse de Pêche

SFV-FSP

Les pêcheurs et pêcheuses veulent créer un centre national des poissons

Un centre national des poissons destiné à la population et aux pêcheurs est prévu au bord du lac Moossee, près de Berne. Le concept est prêt, le terrain est réservé, il faut maintenant financer l'achat du terrain. L'Assemblée des délégués de la Fédération Suisse de Pêche (FSP) à Locarno a lancé une vaste campagne de dons. Depuis des années, la pêche suisse souhaite la création d'un centre d'importance nationale dédié à la pêche et aux poissons. A l'instar de la station ornithologique de Sempach, le Centre suisse des poissons doit être une plaque tournante pour les poissons, les cours d'eau et la nature.

Les pêcheurs et pêcheuses veulent créer un centre national des poissons

Un emplacement idéal assuré

"Nous n'avons jamais été aussi près du but que maintenant", a déclaré Roberto Zanetti, président central de la Fédération Suisse de Pêche, lors de l'Assemblée des délégués à Locarno. Le site du Moossee, aux portes de la ville de Berne, est idéal. La commune a déjà approuvé la modification de zone nécessaire et la nouvelle fondation Centre Suisse des Poissons a pu réserver la parcelle de 5'500 mètres carrés.

 

Il faut encore des dons

Plus de la moitié des 1,5 million de francs destinés à l'acquisition de terrains ont été garantis. Cela provient d'organisations de pêche cantonales et régionales, de fondations et de particuliers. "Nous sommes en bonne voie, mais nous n'avons pas encore atteint notre but", déclare David Bittner, administrateur de la Fédération Suisse de Pêche. Il a lancé un appel aux particuliers, aux fédérations et aux fondations "qui ont un grand cœur pour les poissons, les habitats aquatiques et la biodiversité". Les dons sont possibles sous www.fischzentrum.ch

 

Mais pourquoi un centre des poissons ?

"De même que la Station ornithologique sensibilise aux oiseaux, la Suisse a besoin d'une plaque tournante pour les poissons et les espaces aquatiques", souligne Zanetti. La population ne se rend pas compte que les eaux suisses sont soumises à une énorme pression. 80 pour cent de la biodiversité se trouve dans ou au bord de l'eau, plus des trois quarts des espèces de poissons indigènes sont en danger, menacées ou éteintes. "Au Centre suisse des poissons, nous voulons enthousiasmer et informer la population sur la vie dans et au bord des milieux aquatiques".

Stratégie énergétique : les pêcheurs y regardent de près !

Les pêcheurs et pêcheuses suivent de près le débat actuel sur l'arrêté modificateur unique et la politique énergétique en général. Lors de l'Assemblée des délégués, plusieurs voix se sont élevées pour dire qu'il fallait s'opposer par tous les moyens appropriés à ce que la nature soit sacrifiée à la production d'énergie à court terme et à ce que les compromis durement acquis soient abolis. La fédération de pêche, en tant que force constructive, propose des solutions de compromis. Le président central Zanetti a déclaré de manière pointue : "Contrairement à certains politiciens de l'énergie, nous n'oublions pas après quelques mois déjà ce que nous avons signé à la table ronde". Les délégués chargent le bureau directeur de suivre l'évolution politique d'un œil critique et, selon l'évolution, de convoquer une assemblée des délégués extraordinaire afin de tirer les conclusions politiques nécessaires. "Nous comprenons la situation actuelle. Mais nous ne nous laisserons pas faire, le tournant énergétique peut être réalisé sans faire de concessions en matière de protection du climat et de la biodiversité", a déclaré Zanetti. D'autant plus que le potentiel de l'énergie hydraulique est en grande partie épuisé.

 

Une femme pour la première fois au bureau directeur

Pour la première fois depuis la création de la Fédération Suisse de Pêche il y a 137 ans, une femme a été élue au Bureau directeur. L'Assemblée des délégués a élu la conseillère aux États jurassienne Élisabeth Baume-Schneider au sein de l'organe directeur. Mme Baume-Schneider dispose d'un grand palmarès politique. Elle a été conseillère d'État du canton du Jura pendant 12 ans et fait partie du Conseil des États depuis 2019. Elle assumera la vice-présidence de la FSP. Avec le président central et conseiller aux États Roberto Zanetti, Mme Baume-Schneider renforcera l'action politique de la FSP. "C'est une nécessité absolue, car la pression sur la vie dans l'eau et au bord des eaux n'a jamais été aussi forte qu'actuellement", a déclaré Zanetti.



facebooktwitterprint